Balado: Jan et Cynthia Ullmark | Profils – Higgins et Rice | Sa Majesté -D. Jackson | Vie Vécue: Brian Power | Tirés des archives | Forfaits d’événements

Jan et Cynthia Ullmark

Dans le balado de ce mois-ci, accueillons l’ancien membre de l’équipe nationale, Norm Proft, qui présente, visite, et rit avec ses anciens entraîneurs, les entraîneurs olympique et mondial Jan et Cynthia Ullmark. C’est une conversation en profondeur avec deux des entraîneurs les plus historiques et les plus célèbres du Canada alors qu’ils racontent leur histoire et partagent leur philosophie.

Écoute maintenant

Jodeyne Higgins et Sean Rice

Patineurs canadiens en couple, Jodeyne Higgins et Sean Rice ont aussi concouru dans la discipline du patinage en quatuor. Doubles médaillés de bronze en couple aux Championnats canadiens (1993-1996), ils ont quatre fois été champions de patinage en quatuor aux Championnats canadiens. Découvrez ce qu’ils ont révélé lorsqu’on leur a demandé de parler de leurs souvenirs de patinage, de leurs accomplissements, de leurs intérêts personnels et de ce qu’ils font maintenant!

Souvenir de patinage le plus cher aux Championnats canadiens, à des championnats internationaux ou à des Jeux olympiques.

Notre souvenir de patinage le plus cher serait nos premiers championnats nationaux seniors, à Hamilton, au Copps Coliseum, en 1993. Nous étions en 4e place après le programme court et attendions que le dernier groupe se rende sur la glace pour l’échauffement.

Ils attendaient le début de la télédiffusion en direct et Wilf Langevin, l’annonceur de l’événement, avait fait lever debout la foule enthousiaste de 17 000 personnes, qui faisait la vague. Aller sur la glace pour s’échauffer, non seulement avec les autres patineurs, mais aussi avec cette immense énergie dans l’air, était un moment incroyable. C’était très inspirant.

Nous avons exécuté un programme long sans faute et terminé en troisième place, nous qualifiant pour l’équipe mondiale de Patinage Canada. Puis, aux Championnats du monde, à Prague, en République tchèque, l’entière équipe canadienne a terminé parmi les 10 premières places, pour la première fois depuis de nombreuses années.

Anecdote liée au patinage.

L’un des faits saillants les plus sensationnels de notre carrière a été l’occasion de travailler avec deux de nos modèles de rôle, les légendes du patinage Jayne Torvill et Christopher Dean, durant notre carrière professionnelle.

Nous nous souvenons d’avoir eu l’occasion de les voir à un camp d’entraînement, à Lake Placid, il y a de nombreuses années, lorsque nous commencions à patiner en couple et ils se préparaient pour les Jeux olympiques. Ils s’entraînaient dans l’une des petites patinoires, répétant à maintes et maintes reprises ce qui semblait être juste quelques petits pas. En fait, il n’y avait qu’une petite section de la glace sur laquelle on avait patiné et qui était utilisée.

Nous ne pensons pas qu’à l’époque nous comprenions pleinement ou nous rendions compte de ce qu’ils faisaient ou pourquoi ils restaient dans cette section, mais maintenant nous pouvons dire, beaucoup d’années plus tard et après avoir eu l’occasion de travailler avec eux, de partager la glace et de nous produire en tournée avec eux, que nous comprenons.

Jayne et Christopher visaient autant que possible la perfection. Ils étaient vraiment sur la même longueur d’onde et se déplaçaient en parfaite harmonie, lisant les pensées l’un de l’autre. Nous sommes très reconnaissants du temps que nous avons passé avec eux, de leur mentorat et de ce que nous avons appris d’eux. Ils sont non seulement beaux à regarder sur la glace, à ce jour, mais de façon plus importante, ils ont aussi de belles personnalités. Ils nous ont appris l’importance d’être des modèles de rôle rodés, sur glace et hors glace, dans tout ce que nous faisons.

Plus grand exploit de patinage.

Représenter deux fois le Canada dans l’équipe mondiale, puis faire fond sur cette expérience pour amorcer une carrière de patinage professionnel très réussie qui dure encore. Nous avons eu l’occasion de travailler et de partager la glace avec les meilleurs des plus grands patineurs, nous produisant dans plus de 40 pays au monde.

En nous fondant sur nos expériences, nous avons créé notre propre entreprise de production appelée Seajo, qui nous a donné la possibilité, depuis plus de 8 ans maintenant, de « donner au suivant » à une nouvelle génération de patineurs.

Êtes-vous restés proches des amis que vous vous êtes faits au patinage?

Oui. Nous nous sommes rencontrés, pour la première fois sur la glace, quand nous avions 11 ans et 13 ans et maintenant, plusieurs années plus tard, nous sommes toujours de grands amis. Nous avons eu l’honneur de rencontrer de nombreuses personnes du domaine du patinage et du monde du spectacle avec qui nous sommes encore amis aujourd’hui.

Beaucoup sont maintenant comme des membres de notre famille. Il y en a certains que nous ne voyons pas ou à qui nous ne parlons pas pendant des mois ou des années et quand nous les voyons, nous reprenons comme à partir du jour où nous les avons laissés. Dans tous nos voyages, nous avons vraiment été en mesure de déterminer qui sont les cent personnes que nous rêvons d’émuler. Le patinage nous a permis de nouer tellement d’amitiés incroyables, dont nous sommes reconnaissants.

Quel a été l’impact du patinage sur votre vie?

Le patinage nous a appris le succès et l’échec dans la vie, à avoir une détermination implacable et à ne jamais abandonner. Il nous a appris à faire équipe, faire partie d’une équipe, former des équipes et vous entourer des gens avec qui vous voulez travailler.

Est-ce que vous patinez toujours ou restez dans le sport dans une quelconque mesure?

Oui, chaque jour, nous nous impliquons dans une certaine mesure. Nous patinons toujours activement pour le plaisir et lors de spectacles. Nous avons notre propre entreprise de production, faisons fonction d’entraîneurs, de chorégraphes, d’experts-conseils et prodiguons des conseils en ligne. En outre, le meilleur cadeau est d’être en mesure d’être maman et papa et de voir notre petite fille qui patine sur la glace.

Si tout était à recommencer, est-ce que vous le feriez différemment?

C’est une question à laquelle il est difficile de répondre, parce que si les choses étaient différentes dans nos vies, elles ne nous auraient peut-être pas menés là où nous en sommes aujourd’hui. Mais, si tout était à recommencer, nous aurions cessé de laisser les opinions qu’avaient les autres de nous, ou ceux qui nous ont dit que nous avions tort, de faire obstacle à nos visions, nos rêves et notre destin. Nous avons appris que pour devenir un chef de file, vous devez vraiment être la personne que vous êtes et être heureux de qui vous êtes. Profitez au maximum, chaque jour, de la vie qui vous a été donnée.

Où habitez-vous/emplois/réalisations professionnelles?

Notre mode de vie nous emmène à travers le monde. Notre base principale se situe entre la Floride et la région du Grand Toronto. Nos amis nous disent qu’ils ne savent jamais où nous sommes d’un jour à l’autre. Certaines personnes plantent leurs racines et restent au même endroit. Nous avons planté des graines qui ont fait des racines à de nombreux endroits et nous avons les ailes toujours déployées.

Emploi – nous sommes de très fiers entrepreneurs, propriétaires de plusieurs entreprises – prenant de l’expansion et établissant des partenariats avec des entreprises mondiales. Jodeyne travaille aussi à Patinage Canada, à titre de coordonnatrice du développement du patinage.

Réalisations professionnelles – lorsque nous lisons cette question, nous voulons simplement dire que la vie pour nous n’est pas une seule réalisation. La vie, pour nous, est comme une chaîne de montagnes. Il ne s’agit pas d’une seule montagne que nous essayons d’escalader. Elle est composée d’une série de sommets, de vallées et de plateaux.

Parfois, nous grimpons alors qu’à d’autres moments, nous faisons une chute. Mais, chaque fois que nous tombons, bien que ce soit parfois douloureux, nous trouvons un moyen plus efficace d’atteindre nos objectifs ou une meilleure façon de faire qu’auparavant.

Oui, nous pouvons dire que nous étions des médaillés nationaux canadiens, des membres de l’équipe mondiale, des médaillés internationaux, que nous avons participé à des spectacles de patinage partout au monde, à des émissions télévisées et maintenant nous produisons des spectacles, mais ces réalisations se sont produites à ce moment dans des périodes de nos vies. Ils nous ont préparés à d’autres moments à venir.

La raison pour laquelle ceci est si important à comprendre, c’est que nous avons appris que, dans plusieurs années, personne ne se souviendra de ce que vous avez fait ou de votre classement, mais on se souviendra toujours, pour le reste de la vie, de ce qu’on a ressenti à ce moment. Donc, quand nous vivons ces moments dans tout ce que nous avons fait ou faisons, c’est ce qui fait que tout en vaut la peine et c’est la plus grande réalisation qu’une personne puisse avoir dans sa carrière.

Quels sont vos projets d’avenir?

Notre avenir est maintenant. Chaque jour, nous vivons chaque journée au maximum et autant que nous aimerions vous dire exactement ce que nous vous réservons, nous ne voulons pas ruiner la surprise, mais restez à l’affût.

Que faites-vous pour vous divertir durant vos temps libres?

Nous faisons du sport, allons camper et à la plage, faisons de la moto hors route, de la motomarine, du dessin à la craie, du canotage, allons au théâtre et au cinéma, faisons des promenades en voiture et partons à l’aventure à des endroits où nous ne sommes jamais allés, vivons et voyons la vie à travers les yeux de notre fille, passons du temps avec des amis et parents, c’est une très longue liste.

Quels sont vos passions et vos intérêts?

Entraîner les gens, les aider à changer leur mentalité et leur état de santé général, à devenir une meilleure version d’eux-mêmes.

Notre passion est de parcourir le monde avec notre fille. Découvrir de nouveaux endroits, créer de nouveaux souvenirs, voir ce que ce monde peut vraiment offrir à nos âmes.

Purement et simplement… « qu’est-ce qui se passe dans votre vie » depuis votre retraite?

Eh bien, quant à nous, nous n’avons pas encore pris notre retraite. Nous patinons ensemble depuis maintenant 28 ans et nous aimons autant nous trouver sur la glace aujourd’hui qu’au tout début.

Nous sommes des propriétaires d’entreprises, des entrepreneurs, des entraîneurs, des experts‑conseils, des mentors spécialisés et avons la meilleure tâche au monde, celle d’être maman et papa de notre petite fille Signey. Elle nous tient occupés et nous profitons de chaque instant de sa vie alors que nous la voyons grandir pour être la petite fille qu’elle est en train de devenir.

Quel est votre film de sport favori?

Sean – L’Éveil d’un champion; Jodeyne – Rudy

Ces deux films comptent d’excellents messages sous-jacents. Si vous ne les avez pas vus, ce sont des incontournables!

Avez-vous des rituels avant de patiner?

Nous disons : « Isolons nos pensées, un pas à la fois ». Chaque fois que nous allons sur la glace, c’est toujours ce que nous nous disons l’un l’autre, pour nous aider à nous concentrer, être calmes et sur la même longueur d’onde dans nos pensées et nos esprits.

Qui était votre modèle de rôle dans le domaine du patinage?

Sean – Lyndon Johnston, Wally Diestelmeyer, Osborne Colson; Jodeyne – Sherri Baier (Phelan), Cynthia Coull et Mark Rowsom.

Quel est votre programme personnel de patinage préféré?

Sean – programme de compétition / programme court de 1997 – O du Cirque du Soleil

Programme de spectacle – Thankful de Josh Groban

Jodeyne – programme de compétition – programme court de 1995 – Reflections of Passion

Programme de spectacle – Thankful de Josh Groban

Notre programme long favori que nous avons créé, mais jamais exécuté en compétition était Tribute de Yanni.

Avez-vous une citation préférée que vous appliquez dans votre vie?

Sean – « Osez vivre la vie qui vous inspire. »

Jodeyne – « Le succès consiste à nous relever une fois de plus que nous sommes tombés. »

Quels conseils ou sages paroles pourriez-vous adresser à notre équipe nationale actuelle?

Après nous être produits dans des milliers de patinoires, nous avons appris qu’une patinoire est simplement une patinoire. C’est juste une surface de glace jusqu’à ce que « vous » y donniez vie. Vous devrez entrer dans votre oasis et chaque fois réussir votre performance.

N’oubliez pas le « pourquoi » – vous êtes là pour vous. Vous seriez surpris du nombre de personnes qui se réjouissent pour vous et non à vos dépens.

Profitez de chaque moment sur glace et hors glace. Une femme sensationnelle, Joyce Hisey, nous a dit, à notre premier événement international, de ne pas tout simplement rester dans notre chambre d’hôtel pendant les compétitions, mais de visiter les villes où nous étions. C’est ce que nous avons fait et peu importe où nous voyageons, nous en profitons pleinement pour voir ce que le monde a à nous offrir, ce qui vous apprend tant de choses sur la vie elle-même.

Quel a été l’impact du patinage sur votre emploi actuel (le cas échéant) ou votre vie ou quelles habiletés le patinage vous a-t-il permis d’acquérir pour vous aider dans votre emploi ou votre vie?

Le dévouement, la persistance, la passion, l’établissement de buts, la concentration, la communication par le langage corporel, les habiletés interpersonnelles, les habiletés dans le cadre de voyages dans le monde, comment être un membre positif de l’équipe, la préparation, la gestion du temps, l’endurance, l’esprit positif, l’état d’esprit positif, la courtoisie non seulement dans le succès connu, mais aussi dans les défaites.

Nous n’avons pas seulement appris un sport ou des habiletés, nous avons appris la VIE. Nous avons appris que la responsabilité et la responsabilisation nous permettent de trouver le succès et des outils qui nous ont menés bien au-delà de notre sport ou de nos carrières. Les habiletés que nous avons acquises par le biais de notre patinage font partie de nos âmes et nous dirigent dans tout ce que nous faisons.

Avez-vous d’anciennes ou de nouvelles photos de patinage que vous voudriez partager… et toute anecdote qui s’y rapporte… courte ou longue?

Nous aimons nous produire sur scène, créer une histoire que les gens peuvent tout simplement regarder et pour un moment, oublier où ils sont. En plus de cela, nous avions une vision de créer quelque chose qui continuerait à prendre de l’expansion.

Un endroit qui permettrait aux artistes de spectacle internationaux d’évoluer, où ils pourraient aller et venir, se sentir comme ils faisaient partie de quelque chose de spécial et précieux. Après avoir travaillé avec et pour certaines entreprises et des gens incroyables dans nos carrières, nous avons pris ce que nous avons appris et commencé à créer notre propre place qui redonnerait à notre sport et à l’industrie.

Il y a huit ans est née notre entreprise de production, Seajo Productions & Entertainment, Inc. Nous sommes très reconnaissants de pouvoir travailler avec nos bons amis, collègues de travail et Alexandra Shauman et Lukasz Rozycki, de Fours Skating Partner, pour avoir un moyen d’expression où nous concrétisons nos visions et rêves pour divertir les générations à venir.

Quel événement de patinage et quand avez-vous été le plus inspiré de poursuivre le patinage artistique de compétition ou un objectif précis dans notre sport et quel élément de l’événement ou du ou des patineurs que vous avez vus vous a touché de cette façon?

Sean – je voulais être un joueur de hockey, mais quelque chose a changé en moi durant les Jeux olympiques de 1984. Je regardais l’épreuve de patinage en couple et j’ai vu Lyndon Johnson et Melinda Kunhegyi se produire, vêtus de leurs costumes blancs. C’était très excitant de le voir la soulever et la transporter sur la glace et doucement la déposer. Je me souviens m’être dit que je voulais faire cela. Plus tard cette saison, je les ai rencontrés à une revue sur glace et leur ait demandé comment commencer ce processus. Quelques mois plus tard, mon parcours a commencé dans le patinage en couple et, encore à ce jour, je transporte mon ange sur la glace.

Jodeyne – je me souviens que j’ai toujours aimé patiner et me produire. J’assistais à un des événements locaux, près de ma ville natale de Stratford, et une jeune femme, une entraîneure nommée Sherri Baier, est venue vers moi et mes parents pour me demander si je voudrais essayer le patinage en couple. Donc, quand j’avais 7 ans, nous avons pris la décision de faire le trajet, à 45 minutes de chez nous, pour voir de quoi il s’agissait. Je me souviens d’avoir été à la séance d’essai et sur la glace avec beaucoup de patineurs de tous niveaux. C’était incroyable à regarder et d’y participer. Après la séance sur la glace, on nous a donné une leçon de levées hors glace. Je me souviens qu’on m’ait demandé de faire une levée avec Doug Ladret, l’un des patineurs seniors de patinage en couple à l’époque. Il m’a prise dans ses mains et m’a levée haut dans les airs et m’a fait tournoyer. J’ai été immédiatement mordue et je savais que c’est ce que je voulais faire pour le reste de ma vie. Il n’avait pas à ce moment et il n’y a pas actuellement de meilleure sensation que d’être dans les airs.

La même question pourrait s’appliquer si vous aviez pris ce que vous avez appris du patinage et appliqué cet apprentissage et ce désir pour accomplir d’autres choses dans notre sport; parlez‑nous de ce que vous avez fait avec les connaissances et l’expérience que vous avez acquises?

La leçon que nous avons apprise est que tout est possible. Si vous avez une vision ou un rêve, vous pouvez le concrétiser.

En ce qui concerne le développement de votre propre caractère dans la vie, quel effet a eu votre poursuite du patinage de compétition sur votre caractère et pourquoi?

Le sport nous a appris beaucoup de choses à propos de nous-mêmes. Nous croyons vraiment que le sport ne nous n’a pas donné nos caractères, mais a en effet révélé qui nous sommes à l’intérieur. Le sport nous a enseigné des leçons de vie inestimables dont nous nous souviendrons pendant le reste de notre vie et qui peuvent s’appliquer à tout ce que nous faisons.

Souvent, les situations auxquelles nous avons fait face sur la glace et dans la patinoire ont beaucoup en commun avec des situations quotidiennes de la vie. Les choix que nous faisons et les décisions que nous prenons influent directement sur notre destin. Le succès a toujours été quelque chose auquel nous nous efforcions de parvenir et était excellent quand nous y sommes parvenus, mais c’était le parcours pour s’y rendre qui était le plus important et ce de quoi nous nous souvenons.

C’est la poursuite de dépasser nos propres limites et de toujours nous mettre nous-mêmes au défi qui ont nourri nos âmes. Nous n’avons peut-être pas été des champions du monde, dans le monde de la compétition, mais où la vie nous a mené et nous mène actuellement vaut bien toutes les leçons en cours de route.

Si l’on considère tout ce que votre quête du patinage vous a apporté dans votre vie, quels ont été les réalisations ou les coups de chance qui ont signifié le plus pour vous et pourquoi?

Ça peut sembler tiré par les cheveux, mais de se trouver l’un l’autre et, maintenant, la cerise sur le gâteau est notre petite fille Signey.

Nous avons une amitié à vie qui, en fin de compte, semblait parfaite. Il n’y a pas trop de gens dans ce monde avec lesquels vous pouvez vraiment vous aventurer, à travers tous les hauts et les bas de la vie, parcourir le monde et qui vous voient vraiment pour qui vous êtes.

C’est ce que nous sommes l’un pour l’autre et cela signifie beaucoup plus que n’importe quel succès que nous avons connu.

Il arrive parfois ou souvent qu’au cours de notre carrière de patineur, un encouragement personnel reçu de quelqu’un qui n’est pas un parent, un membre de la famille ou votre entraîneur de patinage puisse avoir un impact dramatique sur vous à ce moment; veuillez partager une anecdote de la façon dont vous pourriez avoir été touchés de cette manière et ce qui est ressorti de cet encouragement.

Nous aimerions rapidement partager une anecdote sur un soldat d’Angleterre, titulaire de la Croix de Victoria, avec qui nous avions travaillé pour le spectacle de Jane Torvill et Christopher Dean, Dancing on Ice. Son nom est Johnson Gideon Beharry, Ph. D. et VC.

Il était un homme qui avait grandi à la Grenade, sans chaussures à vrai dire jusqu’à l’âge de 11 ans. À un jeune âge, il s’est rendu en Angleterre à la recherche d’une meilleure vie, loin de la pauvreté et de la drogue. Soldat dans la guerre en Irak, il a sauvé la vie de plus de 35 hommes après avoir lui‑même subi des blessures mortelles.

Johnson a reçu la plus haute distinction de la Reine – la Croix de Victoria. Il n’était pas censé survivre, mais a défié toute probabilité et est toujours avec nous, aujourd’hui. Nous avons travaillé en partenariat avec lui à l’émission de télévision.

Quand nous avons commencé, la seule expérience de M. Johnson avec la glace était celle qu’il mettait dans son verre. Il éprouvait constamment de la douleur, ne pouvait lever les bras au-dessus de sa taille et avait de la difficulté à patiner en raison des blessures qu’il avait subies durant la guerre.

Au début, nous étions remplis de doute qu’il ne pourrait participer même à la première émission. Puis, d’une semaine à l’autre, pendant la période des répétitions, il avait cette incroyable attitude qui se dégageait : le refus d’abandonner. Vous pouviez lui apprendre quelque chose et peut-être que c’était le soldat en lui, mais il n’oubliait pas ce que vous lui aviez montré et bien que les jalons semblaient tout d’abord petits, au moment de l’émission en direct, il pouvait glisser sur la glace en tenant les mains de Jodeyne.

Finalement, avec beaucoup de détermination, nous nous sommes rendus à la demi-finale et avons eu le privilège de faire la tournée en Angleterre et en Écosse. M. Johnson a surmonté les obstacles qui se présentaient et a fini par soulever (Jodeyne) au-dessus de sa tête, dans une levée de ballet, traversant la glace non seulement une fois, mais semaine après semaine durant la tournée.

Il a vraiment prouvé que le mot « impossible » ne devrait pas faire partie de notre vocabulaire. C’était quelque chose de très incroyable à vivre. Il est difficile d’expliquer le sentiment en paroles. Nous avons changé pour toujours son monde et il a changé le nôtre pour toujours. Faire partie de son cheminement et de son expérience a changé pour toujours la façon dont nous voyons l’entraînement et les défis de la vie, qu’il s’agisse de limitations physiques ou de limites dans votre esprit.

Si vous y croyez, vous pouvez y arriver. Repoussez vos limites : vous ne saurez jamais où vous parviendriez si vous n’essayez pas!

Sa Majesté la Reine Elizabeth ET MOI

par Don Jackson

Une fois ma carrière de compétiteur terminée, à la fin de la saison 1961-1962, je suis devenu professionnel en me joignant aux Shipstads et Johnson Ice Follies.

Chaque année, ce spectacle parcourait 22 villes aux États-Unis, mais avec seulement deux arrêts au Canada, à Toronto et Montréal. En février de cette première saison, la tournée est finalement arrivée au Canada et, bien sûr, j’étais excité de patiner à Toronto pour la première fois, en tant que vedette d’Ice Follies.

À cette époque, le spectacle était une grande production qui voyageait avec son propre orchestre et un éclairage spécial. Une petite barrière comptant des lumières, autour du périmètre de la glace, et quelques rangées supplémentaires de sièges sur la glace, sur les côtés et à l’extrémité, rendaient la patinoire plus petite.

1964- “Ice Follies” avec Ina Bauer

Pour mon numéro, on éteignait les lumières de la patinoire pendant qu’on faisait une grande annonce pour me présenter. Les projecteurs s’allumaient, je sortais de derrière les rideaux et je m’arrêtais pour saluer la foule, puis ma musique commençait. Tout comme quand j’ai gagné le titre mondial, je patinais sur la musique de Carmen. Au début de mon programme, je faisais le tour de la glace comme si je me préparais pour le triple Lutz, mais au lieu du Lutz, j’exécutais un grand Axel groupé avec un petit bond, suivi d’un soudain freinage parallèle. Ce soir-là, pour une raison quelconque, j’ai réussi le grand saut, mais quand j’ai essayé de freiner, je suis tombé vers l’avant sur mes mains et genoux et j’ai glissé dans la barrière basse! Je ne pouvais que m’appuyer sur la barrière pour me remettre debout. L’orchestre sur place m’a donné le temps de me ressaisir et de saluer la foule, mais je n’ai entendu que beaucoup de rires et quelques applaudissements polis.

Au même moment, j’ai levé la tête et une énorme image de la Reine Elizabeth, qui pendait dans le Maple Leaf Gardens, me regardait! Ce fut probablement mon moment le plus embarrassant avec les Ice Follies. À partir de là, j’ai continué mon programme et heureusement, le reste s’est bien passé.

Plusieurs années plus tard, en octobre 2002, Sa Majesté la Reine est venue au Canada, dans le cadre de son année de célébration de son jubilé d’or. Au cours de cette visite, elle a été conviée à un dîner à Ottawa, à la résidence du gouverneur général, à Rideau Hall, avec 50 Canadiens distingués, un pour chaque année de son règne. J’ai été très chanceux d’être choisi comme Canadien de l’année 1962 et ma femme et moi avons été invités à cette journée spéciale et à ce dîner. Ce fut une journée merveilleuse et incroyable alors que Barb et moi avons été présentés à la Reine. Nous avons même eu quelques minutes pour faire un brin de conversation avec elle!

J’aimerais seulement ajouter que Sa Majesté était très polie et n’a pas mentionné ma disgracieuse chute devant elle, au Maple Leaf Gardens!

Le 30 juillet 2019, la communauté du patinage artistique a perdu Brian Manford Power, patineur en couple canadien. Brian et sa partenaire Audrey Downie-Williams étaient les champions canadiens juniors de 1951 et ont également gagné des médailles aux championnats canadiens seniors en 1952 (argent), 1954 (argent) et 1955 (bronze).

 

André Bourgeois aussi se souvient de Brian.

“Brian Power a joué un rôle important dans mon développement en tant que patineur junior. En 1984, il était mon entraîneur pendant un mois pour améliorer mes figures. Jusque-là, mon meilleur résultat en figures aux Championnats canadiens était dixième.

Brian m’a longuement expliqué comment la lame de patin avait été conçue pour faire des cercles et que je devais faire confiance à ma lame pour faire des cercles. Pendant trois semaines, il ne m’a donné des leçons que sur les  figure huit. Au bout de trois semaines, il m’a bandé les yeux et m’a fait faire une figure huit avec trois tracés. J’ai été surpris de constater que même les yeux bandés, mes tracés n’étaient pas si éloignés l’un de l’autre. À partir de ce moment, mon attitude et mon approche des figures de patinage ont complètement changé! Aux prochains championnats canadiens, je me suis classé 2e en figures, ce qui était une surprise. À mes yeux, Brian était un génie du patinage. Je l’ai remercié immensément. ”

Une dédicace d’Audrey (Downie) Williams

De 1950 à 1955, Brian était mon partenaire de patinage en couple, puis il s’est joint à The Ice Capades.

Nous avions beaucoup de plaisir et ne nous sommes jamais disputés. Nous avions fait la promesse, quand M. Albert Enders a formé notre équipe, que jamais nous n’allions nous quereller. Lorsque nous étions frustrés, nous nous éloignions l’un de l’autre jusqu’à ce que les choses se calment.

Brian était un magnifique patineur de style libre, mais les figures n’étaient pas quelque chose qu’il aimait. Il a réussi son 7e test de figures et tenté son 8e à quelques reprises. En 1950, lorsque nous avons remporté le titre en patinage en couple junior aux championnats canadiens, il a également gagné l’épreuve de patinage libre de la compétition masculine junior.

Brian était un bien meilleur patineur de style libre que moi, mais je me souviendrai toujours que j’avais du plaisir à patiner avec lui. Il avait un bon sens de l’humour et savait comment exiger plus de moi. Nous patinions bien ensemble dans les compétitions et les spectacles.

Nous nous produisions en spectacle presque toutes les fins de semaine, en février et mars, dans de petites villes de la Colombie-Britannique et jusqu’à l’est, à Saskatoon. Nous patinions aussi en quatuor avec Norman Walker et Pat (Spray) Lorimy. C’était superbe pour un carnaval : quatre programmes en solo, deux programmes de patinage en couple et un programme en quatuor.

Brian et moi étions des amis très proches pendant longtemps. Un groupe d’entre nous avions fait en sorte qu’il devienne professionnel senior, au Hollyburn Country Club, à West Vancouver, pendant quelques années. Puis, il a décidé de travailler à la pige et de quitter Vancouver et nous avons malheureusement perdu contact.

Il savait bien enseigner et était un excellent chorégraphe. Son héritage se perpétuera à travers ses nombreux élèves.

Il était un bon ami et un superbe partenaire.

La notice nécrologique de Brian peut être lue dans le Vancouver Sun

L’histoire est préservée à Patinage Canada, sous l’œil vigilant du passionné archiviste Emery Leger. Voici l’armoire à trophées du bureau national de Patinage Canada à Ottawa, où figurent des trophées historiques datant du début des années 1900. Certains ont été décernés par le gouverneur général de l’époque, mais beaucoup d’autres ont été donnés par des citoyens, des bénévoles de patinage ou d’anciens champions qui ont choisi de montrer leur amour du patinage et les réalisations de ses athlètes en créant ces symboles spectaculaires de succès.

=========================================================

AGIR MAINTENANT! La date limite pour acheter le forfait événement pour les anciens au championnats du monde 2020 est maintenant le 4 novembre!

 

[email protected]

Quantités limitées.  L’offre expire le 4 novembre.

Procurez-vous votre forfait aujourd’huiplaces limitées dans l’option 1!

Nous serions ravis d’avoir de vos nouvelles! De nos jours, rester en contact est plus facile que jamais!

Envoyez-nous vos récits, photos, idées, suggestions et questions. Nous ne pouvons garantir de tout publier, cependant nous lirons certainement chaque mot reçu et en cas de questions, nous trouverons des réponses.

Contactez Celina Stipanic, gestionnaire, Anciens et développement de fonds, par courriel à l’adresse [email protected].