Souvenirs de début de saison | Le déménagement à Vancouver | Médaille d’or 1963

PREMIÈRE PARTIE – Souvenirs de début de saison

Alors que s’amorce la nouvelle saison de patinage, bon nombre d’anciens patineurs d’antan se rappellent des fortes sensations et des craintes éprouvées au début de leurs propres saisons de compétition. Qu’il s’agisse d’athlètes, de juges, d’entraîneurs, de bénévoles ou de membres du Temple de la renommée, chaque souvenir est précieux et témoigne de la richesse de nos antécédents individuels au patinage.

Dans ce numéro du blogue des anciens, nous vous offrons la première partie de ces souvenirs « en début de saison » (la deuxième partie se trouvera dans le prochain numéro).

 Ann Shaw (médaillée d’argent en danse senior aux Championnats canadiens de 1959 et 1960, juge de niveaux national, international et olympique, membre honoraire de l’ISU, membre du Temple de la renommée de Patinage Canada)

« Je garde de très agréables souvenirs de l’époque où Barbara Graham était la directrice technique et tous les juges de danse de niveau international, les concurrents et les entraîneurs commençaient leur saison à la semaine de danse, à London, en Ontario.

Les juges avaient la chance de voir toutes les meilleures équipes exécuter les figures imposées pour l’année, avec tous les meilleurs entraîneurs aussi sur la glace.

Nous participions tous à des stages sur les nouvelles danses, telles que le Tango Romantica (chacun d’entre nous apprenant les pas, soit sur glace ou le plancher de la salle de bal), avec Bernie Ford ou Roy Bradshaw et avec les danseurs qui nous aidaient ou nous servaient de partenaires.

Conjointement avec les entraîneurs, nous assistions à des séminaires sur les rythmes, pour l’année, de la danse sur tracé original prescrit (maintenant appelée danse rythmique) – je me souviens bien du juge Dennis MacFarlane, exécutant sa superbe Rumba et expliquant, avec un savoir-faire incroyable, les morceaux de musique possible.

Les danseurs, naturellement, en plus de leur composante sur la glace, avaient leurs tests médicaux à subir pour l’année, ce qui était toujours un peu intimidant pour eux.

Ce qui était merveilleux – tout avait lieu en juin, donc nous pouvions tous participer au lancement anticipé des activités de l’année. Et, les juges, les entraîneurs et les danseurs causaient tous ensemble, avec beaucoup de rires et de farces.

C’était une sensationnelle expérience pour tout le monde! »

Louise et Barry Soper (champions de danse sur glace des Championnats canadiens de 1971 à 1974, membres de l’équipe des Championnats du monde)

Voici quelques anecdotes tirées de nos souvenirs.

Nous nous rappelons aussi que l’ACPA (Association canadienne de patinage artistique) organisait des stages nationaux de danse sur glace et, à ce que je me souvienne, Louise et moi avions assisté au premier de ces stages, à London, en Ontario. Nous croyons que c’était durant l’été 1973 (?), lorsque l’entraîneure russe de danse sur glace, Elena Tchaikovskaya, entraîneure des champions du monde Ljudmilla Pakhomova et Alexandr Gorshkov, avait été invitée par l’ACPA (par l’intermédiaire de Barbara Graham) à animer ce séminaire national inaugural de danse sur glace, pour lequel nous et environ deux douzaines d’autres équipes de danse participions à ce stage. Trois des principaux traits saillants étaient les régimes d’entraînement hors glace, les poussées-élans sur glace et le patinage en solo, afin d’améliorer les courbes, etc.

En raison de notre calendrier, nous avions eu la chance, ou la malchance, de concourir contre les créateurs de ces danses… quand ils les exécutaient en compétition :

  1. la Polka Yankee, en 1971, aux Championnats du monde à Lyon, en France – avec les inventeurs Judy Schwomeyer et James Sladky;
  2. la valse Ravensberger, en 1973, aux Championnats du monde, à Bratislava, en Tchécoslovaquie – avec les inventeurs Angelika et Erich Buck;
  3. le Tango Romantica, en 1974, aux Championnats du monde, à Munich, en Allemagne – avec les inventeurs Ljudmilla Pakhomova et Alexandr Gorshkov.

Roy Bradshaw (entraîneur de danse de niveaux national, mondial et olympique)

« À titre d’entraîneur, je me souviens de beaucoup de mes danseurs qui étaient présents aux stages d’entraînement en danse de glace, dont Karen et Rod Garossino, Michael Farrington, Scott Chalmers et Joanne Borlase.

Je me souviens, en particulier, de la grande camaraderie entre les entraîneurs de danse, qui ne se querellaient jamais : ces bonnes relations ont favorisé la création de la Canadian Foundation of Dancing, où nos entraîneurs de danse ont enseigné conjointement pendant quelques années, à Richmond Hill. (Je me souviens aussi que la cendre de cigarette de Jean Westwood ait brûlé un trou dans ma tenue d’entraînement! Oui, elle fumait sur la glace!)

Au nombre des entraîneurs se trouvaient Bernie Ford, Marijane Stong, Paul Mac, John Briscoe et June Thorlackson. Un ajout fantastique était que Barbara Graham fasse appel à quelques chefs de file mondiaux pour prêter assistance durant les stages – Courtney Jones et Bobby Thompson, Kristina Regoczy et son partenaire Andrew Sallay, parmi les autres célèbres entraîneurs internationaux. »

Canada Ice Dance Theatre – Volume 3: Le déménagement à Vancouver

Rédigé par Ron Vincent

Ron Vincent et Paul Bonenfant au brunch des anciens 2018 à Vancouver, en Colombie-Britannique.

La réinstallation à Vancouver du Canada Ice Dance Theatre (CIDT), en 1982, a exigé de grands efforts. Frank Nowosad et moi soutenions les activités de l’organisation, au moyen de revenus provenant d’un enseignement traditionnel. Mais, nous comptions au moins une douzaine de jeunes entraîneurs qui étaient désireux de participer à la compagnie et payaient les frais de la glace pour les leçons régulières, qu’ils donnaient tôt le matin.

Un échauffement des patineurs de la compagnie, sur une composition musicale de Philip Glass, a été conçu principalement par Frank et ce groupe de patineurs. Souvent utilisé comme une œuvre de performance, cet échauffement se compose de positions d’une beauté lyrique, de sauts et de pirouettes dans les deux directions et d’un jeu de pieds complexe et rythmique. Populaires auprès des patineurs amateurs et professionnels, afin de maintenir de fortes courbes et de se mettre ou de rester en forme, des exercices de courbes intitulés Annie’s Edges s’ajoutaient à ce travail de base.

Peu après notre réinstallation à Vancouver, le CIDT a collaboré avec le Club de patinage artistique de Kitsilano, dans le cadre d’un spectacle duquel les participants parlent encore. Les patineurs adultes, surtout, se rappellent la comédie, At the Awful Falafel, qui mettait en valeur leurs talents d’acteurs comiques, en plus de leur patinage.

Au centre communautaire West End, avec des gradins sur la glace d’un côté et aux deux extrémités, la petite patinoire était encore plus réduite. L’intimité de cet atmosphère contribuait, dans une large mesure, à donner une dimension plus profonde à la performance, ce qui était difficile à accomplir dans une grande patinoire. D’après Mark Wyatt, producteur d’événements, « c’est la façon dont on devrait regarder le patinage ».

1985 Canada Ice Dance Theatre dans “Hard Edge”. L-R: Lorna Humphreys-Bauer, Henri April, Frank Nowosad, Gia Gudet, Gary Beacom, Tina Kichler Hainz et Ron Vincent

Des numéros conçus au centre communautaire West End ont été présentés durant plusieurs des célébrations de la première nuit à Vancouver : au Robson Square, à l’Agrodome de la Pacific National Exhibition et au centre communautaire de North Vancouver. Ces performances étaient offertes gratuitement au public et des honoraires étaient versés au CIDT. À l’intention du public, nous avons également présenté des spectacles non rémunérés, à des endroits fournis par le centre communautaire West End et Robson Square.

L’organisation a commencé à recevoir des fonds de la Lottery Corporation of BC, pour des projets qu’on jugeait avoir une valeur communautaire, et le caractère des numéros que Frank et moi produisions au centre communautaire West End était reconnu par des auditoires prêts à braver le froid pour y assister. Avec une distribution comptant des patineurs de niveau avancé, le patinage était de grand calibre. « Habillez-vous chaudement! » conseillait-on sur les affiches.

”Balloon” par Ron Vincent en 1980. G-D: Tina Leininger, Henri April, Lorna Humphreys Bauer.

Le CIDT a participé à deux éditions de Winterfest, l’équivalent du Summer Festival pour les enfants, déjà bien établi. Financé par Patrimoine canadien la première année, il s’agissait d’une collaboration avec la section de la Colombie-Britannique, de ce qu’on appelait à l’époque l’Association canadienne de patinage artistique, mettant en vedette certains des meilleurs patineurs de compétition et champions nationaux de la Colombie-Britannique, ainsi que des patineurs du CIDT, bon nombre de ces derniers étant des artistes professionnels chevronnés.

Pendant toutes les années passées ensemble au CIDT, Frank et moi n’avons collaboré à une chorégraphie qu’une seule fois et c’était pour la deuxième édition du Winterfest. J’ai adapté une pièce de la commedia dell’arte, précédemment composée conjointement pour une distribution de patineurs de niveau avancé, et Frank a intégré de courtes sections modernes dans le morceau sinon classique, qui ressemblaient à des anticipations. Le numéro a bien fonctionné, mais l’auditoire, en grande partie composé d’enfants avec leurs parents, n’a probablement vu que les costumes hauts en couleur de Carolyne Curran Knight et les curieux mouvements des patineurs. Le producteur a fait observer que le spectacle était « trop beau », pour un spectacle pour enfants, mais il a également déclaré que sa fille adulte l’avait bien aimé.

Depuis le décès de Frank, en 1993, sans sa participation pour étoffer le répertoire et aider aux tâches administratives, les années suivantes ont été plus difficiles. Frank, et les discussions que nous avions, me manquent énormément.

J’ai lancé une série intitulée Story-Telling on Ice, pour les enfants d’âge scolaire, fondée sur plusieurs histoires pour enfants de Robert Munsch, que j’ai adaptées avec sa permission et pour lesquelles j’ai créé un dialogue. Des représentations ont eu lieu à Vancouver, Richmond, Abbotsford, Maple Ridge et Victoria et on a reçu des lettres de remerciements des écoles.

Nous avons continué à produire des spectacles tant pour le grand public que les enfants, et le spectacle Amway Japan, de Mark Wyatt, au BC Place Stadium, a été particulièrement gratifiant. L’espace a été transformé en une scène hivernale, donnant une impression de grande profondeur grâce à une habile transition de vrais sapins, recouverts de neige, vers l’avant de la scène à partir des sapins peints sur un immense paysage montagneux.

Avec Elizabeth Manley en vedette, s’ajoutant à la distribution, le spectacle présenté sur une surface de glace soulevée de 40 sur 60 pieds, était typiquement canadien. Faisant suite au souper, avec un éclairage « à vous faire mourir », le spectacle a déclenché les applaudissements. Bien qu’il ne soit plus avec nous, Frank était néanmoins représenté par l’inclusion de son œuvre, Forest. C’était un spectacle élégant et il a été mis en nomination comme meilleur spectacle dans un événement en Amérique du Nord, en 1995.

(Du comité des anciens) Qui étaient ces visionnaires qui ont donné vie au CIDT? Plus de renseignements sur eux, leur créativité novatrice et leur grande influence sur le patinage dans le volume final de Ron, dans la prochaine édition du Blogue des anciens.

Après avoir appris à patiner à l’âge de quatre ans au Club de patinage artistique Stratford, Donald McPherson est devenu un athlète exceptionnel qui a été le premier à établir certains records dans l’histoire du patinage artistique. Il a fini deuxième aux Championnats canadiens de niveau senior de 1960, de 1961 et de 1962.

Puis, en 1963, il est devenu le premier patineur masculin à se mériter au cours de la même année les titres de champion canadien, de champion d’Amérique du Nord et de champion du monde au niveau senior, sans avoir remporté un seul de ces titres auparavant. Donald a aussi été le premier patineur à passer de la quatrième à la première place aux Championnats du monde et le plus jeune patineur qui ait jamais remporté le titre de champion du monde puisqu’il venait juste d’avoir 18 ans quand cela s’est produit. Après s’être retiré des compétitions de patinage amateur en 1963 et avoir surmonté d’énormes épreuves physiques, il est devenu une étoile de «Holiday on Ice» en Europe pendant 10 ans. En 1965, il a remporté l’épreuve masculine des Championnats du monde professionnel.  Donald est également membre canadien et membre du Temple de la renommée de Patinage Canada.

Médaille d’or remportée par le simple patineur Donald McPherson aux Championnats du monde de patinage artistique de 1963 à Cortina, en Italie.

Décembre 2018

Janvier 2019

Nous serions ravis d’avoir de vos nouvelles! De nos jours, rester en contact est plus facile que jamais!

Envoyez-nous vos récits, photos, idées, suggestions et questions. Nous ne pouvons garantir de tout publier, cependant nous lirons certainement chaque mot reçu et en cas de questions, nous trouverons des réponses.

Contactez Celina Stipanic, gestionnaire, Anciens et développement de fonds, par courriel à l’adresse [email protected].